Les Grands Absents

Nous tenons à nous excuser de l’absence de certaines personnalités qui auraient amplement mérité de figurer dans Mimosa.

Pour nous rattraper, voici à qui vous avez échappé :

Bernard aurait mérité sa place comme génie du mal.

Notez bien cette étrange gestuelle avec son visage.

Mère Teresa, princesse de la douleur qui ferait faire dans sa culotte Pinhead.Y a pas ET non plus. Non, on ne le verra pas froncer des sourcils !

Ni la Reine d’Angleterre.

Et bien sûr, il n’y a pas Pierre Velardi, le véritable maître de Cheburashka.

Publicités

Des trucs bien qui vont venir bientôt

Dans moins d’un mois, Mimosa sera disponible dans toutes vos bonnes librairies !

Pour vous faire patienter, ou vous mettre l’eau à la bouche, les trois premières pages du roman sont déjà disponibles à la lecture sur la page Facebook dédiée. La promo officielle démarrant la semaine prochaine, vous aurez droit à pas mal de pages supplémentaires sur le site de l’éditeur, on vous tiendra informés, bien évidemment !

Et sur ce blog ? Vous ne perdez rien pour attendre ! Voici un avant-goût d’un projet visuel surprise. Je ne vous en dis pas plus, c’est une surprise pour l’auteur lui-même !

Comment rigoler avec un chapeau et une canne

Pour vous garder entertainés et heureux en cet hiver froid et humide de 2012, voici un extrait des bonus de Mimosa.

La version courte, pour les plus pressés d’entre vous :

 

Et la version longue pour ceux qui ont le temps de voir en entier cette perle du court-métrage d’animation en technicolor de nos aïeux :

(cliquer sur « Visionner sur YouTube »)

 

S’il faut en croire wiki, ce film fut « écrit par Michael Maltese et animé par Chuck Jones. Il fut réalisé le 31 décembre 1955 dans le cadre de la série de cartoons de la Warner Bros Merrie Melodies. »

Et encore :

 » Steven Spielberg considère ce dessin animé comme le « Citizen Kane du film d’animation ».  »

C’est pas rien !

En voici les paroles, si vous voulez fredonner en chœur depuis votre travail :

Hello! ma baby
Hello! ma honey
Hello! ma ragtime gal
Send me a kiss by wire
Baby, ma heart’s on fire!
If you refuse me
Honey, you’ll lose me
Then you’ll be left alone
Oh, baby, telephone
And tell me I’m your own!

Les plus malins d’entre vous auront immédiatement repéré la source d’inspiration de Spaceballs !

(cliquer sur « Visionner sur YouTube »)

 

Qu’est-ce qu’on rigole avec un chapeau et une canne !

Page officielle officialisée

Et voilà, Mimosa a désormais une page officielle sur le site de l’éditeur.

Et même mieux : une page sur le forum de l’éditeur.

Chacun va pouvoir dire combien il aime ou déteste la couverture, combien c’est révoltant ou jouissif d’utiliser l’image de personnes réelles, combien le rôle de Philippe Katerine est génial, combien c’était une super idée d’avoir cité Mozinor, et combien c’est frustrant de ne pas avoir une interview entière de Georges Abitbol, mais combien la présence d’une loutre compense tous ces défauts !